Delprøve 2 – Louane

(Delprøve 1 findes i øvehæftet).

Du er snart færdig med din studentereksamen og skal tage tage hul på et nyt kapitel i dit liv. Skriv i din dagbog om de tanker, du har gjort dig omkring det at skulle flytte hjemmefra og forlade din familie. Måske har du ikke nogen konkrete planer og er lidt usikker på, hvad du i virkeligheden er god til? Har du brug for at finde dig selv ved at tage et sabbatår eller erhvervsarbejde? Skal man ligesom Louane følge sine drømme, eller er det vigtigere at tænke på uddannelse og karriere?

Du skal inddrage tekst A fra delprøve 1 og en eller flere af teksterne B (video),                       C (avisartikel) og D (billeder).

Besvarelsen skal være på fransk og fylde ca. 300 ord.
Krav:

  • Du skal bruge mindst 10 af ordene i boksen herunder i din tekst
  • Mindst 3 af de 10 ord skal være verber
  • Verberne står i infinitiv i boksen. I din tekst skal du bruge dem i en bøjet form, og følgende verbalformer skal bruges: l’imparfait (datid), le passé composé (førnutid/datid) og le futur/futur proche (fremtid)
  • Alle andre ordklasser end verber skal anvendes i den form, de står i nedenfor i boksen
  • Du skal markere alle de valgte ord i din tekst med understregning eller fed
quitter  – avoir envie de – quand –  il faut  – c’est pourquoi – devenir – beaucoup –choix – qui – pouvoir – seulement – que – avoir besoin de –  difficile –  ne –  à mon avis – voyager – l’argent – se débrouiller – bien

 

B. Interview med Louane, der fortæller om pigen Paula (med franske undertekster)

 

C. Quand les enfants s’envolent du nid familial (1)

Certains sont lâchés très tôt, peut-être trop tôt, le bac à peine passé, parce qu’ils habitent loin des campus universitaires, ou qu’ils ont été admis dans une école à l’autre bout de la France.

D’autres jeunes, au contraire, quittent le nid tardivement, parce qu’ils effectuent des études longues près de chez eux, ont de la peine à trouver un emploi et ne se trouvent finalement pas si mal chez papa-maman. Marie, enseignante et mère de deux garçons de 28 et 26 ans, en témoigne : « Notre cadet est parti le premier à 23 ans, dès qu’il a eu sa bourse de thèse. L’aîné travaillait déjà depuis quelque temps mais est parti six mois après son petit frère ! Ils savaient qu’on pouvait difficilement leur payer un logement pendant leurs études. Et puis la cohabitation était facile… »

D’autres parents se trouvent confrontés brutalement au « syndrome du nid vide » ; certaines mères dépriment, vivent un « baby-blues » comparable à celui qui peut suivre une naissance. Et certains « papas-poules » ont aussi du mal à lâcher leurs « petits ».

Certains départs réactivent des histoires d’abandon. Quitter une mère déprimée ou un parent isolé est plus compliqué que laisser un couple uni.

– En France, l’âge moyen de départ des enfants du domicile parental est environ 24 ans.
– Plus de la moitié (53 %) des jeunes âgés de 22 à 25 ans vivent encore chez leurs parents.
– Au Danemark, l’âge moyen de départ des enfants du domicile parental est plus précoce : 21 ans.

(1) LA CROIX : un journal quotidien français. L’article est écrit par Christine Legrand, le 04/09/2012

 

D.